Noirceur et vilénie, l'avènement du Cafard



C'est indéfinissable, c'est indescriptible et difficilement imaginable, mais c'est bien là. Le Cafard engloutit tout, nul n'échappe à sa sombre présence.

Dans la noirceur de nos vies conditionnées, qui du Cafard ou de la Tendance est la bête la plus vile, la plus répugnante de l'humanité ?


Si j'aime à traduire et faire connaître Chris Kelso, c'est pour ses univers dont la laideur nous permet d'admirer la beauté, c'est pour son humour et sa poésie, c'est pour son écriture qui vous plie en deux et vous colle à la page, pour la façon dont sa prose abrasive véhicule son imagination tel un duel dans un bar entre Bradbury et Bukowski, dont le lecteur sort vainqueur.


https://www.editionsdu38.com/catalogue/le-cafard-ronge-la-ville/