Image après image il peignait ainsi sur ce sombre arrière-plan ; des bateaux avant toute chose, des bateaux à l’ancre, des bateaux filant devant la tempête, des bateaux au port ; il peignait le crépuscule et l’aube ; il peignait la nuit ; il peignait la mer de toutes les manières ; il peignait le chatoiement des ports orientaux, et les hommes et les femmes, leurs maisons et leurs mœurs. Conrad était un observateur fidèle et impitoyable, rompu à cette « loyauté absolue de sentiments et de sensations », que, selon lui, « un auteur doit conserver dans ses moments de création les plus exaltés. »

Entre les lignes, Virginia Woolf 

Titres à paraître

Demain ; Amy Foster ; L'histoire

Tomorrow.jpg

 Ce que l’on savait du capitaine Hagberd dans le petit port de Colebrook ne plaidait pas vraiment en sa faveur. Il n’était pas du coin. Il était venu s’installer là dans des circonstances connues de tous – il en parlait très volontiers à l’époque – mais pour le moins malsaines et insensées.

 

« Elle n’a pas l’air bien futée », fis-je remarquer d’un air absent.
« Tout juste », confirma Kennedy. « Elle est très passive. Il suffit de regarder les mains rouges qui pendent à l’extrémité de ses bras courts, ses yeux marron globuleux et bovins, pour mesurer le manque de vivacité de son esprit — un manque de vivacité qui croyait-on la préserverait à jamais des vertiges de l’imagination. Et pourtant qui de nous est à l’abri ? En tout cas, telle que tu la vois, elle a eu assez d’imagination pour tomber amoureuse.

Amys Foster.jpg
The Tale 2.jpg

« Il fut un temps où tu racontais fort bien… tes… tes histoires… simples et… et de marin. Ou assez bien pour m’y intéresser. Tu avais une… une espèce de don… à l’époque… au temps d’avant la guerre. »