Titres disponibles ou à paraître aux Éditions du 38

Catharine ; Les Watson ; Sanditon ; Evelyn ; Histoire d'Angleterre ; Souvenirs de ma tante Jane

Jane Austen - Portrait en pied.jpg

[...] et quand certains comparent Shakespeare et Jane Austen, ils veulent sans doute dire que l’esprit de l’un et de l’autre s’était libéré de toute entrave ; et c’est pour cela que nous ne connaissons pas Jane Austen et que nous ne connaissons pas Shakespeare, et c’est pour cela que Jane Austen est présente dans le moindre de ses mots, tout comme Shakespeare.

Une chambre à soi

Virginia Woolf

La bibliothèque proposait tous les classiques de la littérature anglaise et un certain nombre de surprises telles que Gertrude Stein. Ne sachant quoi lire ni dans quel ordre, j'ai suivi l'alphabet. Dieu merci, elle s'appelait Austen...

Pourquoi être heureux quand on peut être normal ?

Jeanette Winterston

Les œuvres mineures d’un grand écrivain méritent d’être lues car ce sont les meilleures critiques de ses chefs-d’œuvre.

Virginia Woolf : Jane Austen

J'ai donc choisi de me pencher notamment sur les trois romans inachevés de Jane Austen : Catharine, (Catharine or the Bower ),  Les Watson (The Watsons) et Sanditon ; trois oeuvres commencées à trois époques charnières : au sortir de l'adolescence, peu avant le décès de son père et peu avant sa propre mort.

Catharine & Other Stories.jpg
The Watsons & Sanditon.jpg

Et, à présent, laissons la parole à sa nièce Caroline, qui pour notre plaisir se rappelle sa célèbre tante dans Souvenirs de ma tante Jane.

"Je n’avais que douze ans à sa mort et, par conséquent, je ne l’ai connue qu’à travers mes yeux d’enfant."

Caroline Austen's Reminiscences.jpg

Ainsi pour la plupart d’entre nous une pierre tombale commémorative suffit – et suffit amplement – à raconter notre histoire plus longtemps qu’il ne se trouvera quelqu’un pour prendre la peine de l’écouter. Cela ne vaut toutefois pas pour tout le monde. À chaque pays ses grands hommes dont la vie suscita et suscitera toujours l’intérêt ; ainsi certaines familles ont vu l’un des leurs distingué pour son talent ou sa bonté, sa renommée dépasser le cadre familial, et le souvenir de cet individu doit être préservé bien au-delà d’une seule génération. Tel est le cas de ma tante : Jane Austen.