Chris Kelso se définit comme un écrivain de genre, car il navigue entre fiction littéraire, science-fiction et horreur en explorant toujours les thèmes de l’identité et de la panique existentielle. Ce brillant touche-à-tout est également professeur, illustrateur, scénariste et journaliste.

Il est l’auteur, entre autres, de romans, de nouvelles et poèmes.

Terence acheva 10 histoires en tout et les cacha sous son panier. Il en était très content et ne tarda pas à se convaincre qu’il deviendrait peu ou prou un écrivain majeur. Sa grammaire et son orthographe n’étaient pas parfaites, mais il se dit que les humains apprécieraient son style authentique, sans détour – le fait qu’il soit un chien sachant à peine lire et écrire aurait certainement l’attrait de la nouveauté !

Terence, mephisto & Viscera Eyes.jpg
Portrait en extérieur.jpg

"L'écriture de Chris Kelso est comme un coup de poing dans le ventre qui vous plie en deux et vous colle à la page. La façon dont sa prose abrasive véhicule son imagination ressemble à un duel dans un bar entre Bradbury et Bukowski, dont le lecteur sort vainqueur. Les univers dans lesquels il nous entraîne sont d'une telle laideur qu'on ne peut qu'admirer leur beauté."

Chris Boyle, BizarroCast

Les éditions Abstractions, proposeront en 2022 un recueil de nouvelles dans lequel paraîtront proposé deux textes de Chris Kelso,  Stigmate et Harem

Lizzy Stride… et alors elle devint la première femme. Ressuscitée à partir de cellules souches, de poussières d’étoiles et d’argile, elle était un miracle de beauté, un moule-modèle dissimulé sous une burka et une djellaba oppressante. Sa bouche contrainte à se taire derrière un voile. Dérobée à la vue dès sa naissance, la honte fut son premier ressenti. Les hommes coiffés d’un chapeau en roseau jugeaient toujours bon de la lorgner de derrière leurs étals, le visage bouffi comme des oies – à première vue, du moins, ressemblaient-ils à des hommes. Une observation plus attentive révélait leur véritable nature. « Les Engendrés » comme on les appelait, des rescapés des origines. C’étaient des créatures simiesques qui parcouraient les pistes et les dunes du désert dans des kiosques ambulants. En présence du parfum virginal, ils devenaient autant de monstruosités geignardes.

Stigmate, Chris Kelso

John Smithson se retira de sa petite amie. Il était ébloui par le surplus d’énergie qu’il devait à son nouveau membre viril. La greffe avait cicatrisé rapidement, et après seulement une semaine post-op Smithson avait été prêt à faire bon usage de son nouvel équipement. À ses côtés, sa petite amie frémissait encore, le dos collé au drap par la sueur, ses globes oculaires virevoltant dans leurs orbites dans un accès de spasme extatique. Elle agrippa la couette entre ses doigts tandis que son dernier orgasme s’estompait lentement en une embolie d’aérogastrie irrépressible. Pendant quelques minutes, après qu’il l’eut baisée, elle fut incapable de fermer la bouche.

— John… oh mon Dieu… c’était… religieux…

Harem, Chris Kelso

I dream of Mirrors.jpg
Appollo Unbound - Cover.jpg
Kelso-Burroughs.png
I Transgress - Cover.jpg
The Drehs Trilogy - Cover.jpg
Interrogating the Abyss - Cover.jpg